Les autres rapaces (observés dans le Haut-Dauphiné)

Aigle_botté_Embrun_131026_CC_.jpg

Aigle botté

Très rare chez nous (Haut-Dauphiné), cet aigle botté est sur la route de retour. Ici un individu sous la forme "claire" survole Embrun. C'était il y a quelques années, il était en compagnie de goélands leucophées.
© Christian Couloumy

Aigle royal

C'est le roi avec sa couronne doré ! Son nom anglais "Golden Eagle" se fonde justement sur cette particularité du plumage de son crâne. Il a reconquis des territoires perdus depuis une trentaine d'années et il est désormais possible d'en observer (de loin !) assez facilement.

Autour des palombes 101210_SDA CC.jpg-9.

Autour des palombes

L'autour des palombes, furtif, rapide, imprévisible et tellement performant !

Balbuzard pêcheur

Ce rapace piscicole et cosmopolite (l'un des rares que l'on trouve partout sur la terre !) visite notre région à l'occasion de la migration. Il y fait parfois une halte sur un plan d'eau où il vient pêcher.

Bondrée apivore

Estivant par excellence, l'allure de ce rapace rappelle celle de la buse. Les bondrées arrivent très tard (mai) et repartent à la fin du mois d'août. Leur migration spectaculaire peut rassembler plusieurs dizaines d'individus. Chaque année, le Parc national des Ecrins propose au public de participer à leur comptage.

Busard cendré

Autrefois nicheur dans le Haut-Dauphiné, ce rapace est devenue très rare depuis une décennie environ.

Son statut très inquiétant a justifié un Plan national d'actions.

Busard des roseaux

Un passager furtif qui ne fait que transiter chez nous.

Busard Saint Martin

Très semblable à son cousin le busard cendré, il passe dans la région à l'occasion de ses migrations ou encore pour de petits séjours hivernaux. En effet, contrairement au B. cendré  qui n'est présent qu'en été, le Busard Saint-Martin est visible également en hiver.

Buse variable

Souvent perchée, elle scrute la prairie à la recherche de petits rongeurs qui constituent l'essentiel de son régime alimentaire. Ce rapace est relativement commun.

Circaète_100516_Embrun_CC_(16)a.jpg

Circaète Jean-le-Blanc

Les circaètes reviennent d'Afrique en mars et s'installent aussitôt pour nicher. Presqu'aussi grand qu'un aigle royal, ce beau rapace s'est spécialisé dans la capture des reptiles. Après un été où certains individus grimpent chasser en altitude, c'est le grand départ pour un voyage vers le sud où il retrouvera les serpents, disparus chez nous le temps de l'hiver.
Celui là est plus blanc que blanc !

Epervier d'Europe

Ce redoutable "chasseur de moineaux" comme l'appellent les anglais (Sparrowhawk), est petit mais bien efficace ! Champion des virages à angle droit dans la forêt, il mène une existence discrète, bien souvent près de nous. Avec moins de 200 g pour les femelles (plus grosses que les mâles), il serait bien en peine de se saisir d'une poule !

Faucon crécerelle

Rochers, bâtiments et parfois arbres, les crécerelles sont bien présents dans notre région. En été, ils gagnent l'altitude et les alpages ou les orthoptères (criquets) sont abondants. Ils les chassent depuis leur perchoir virtuel : l'air... dans lequel ils maîtrisent parfaitement le vol sur place, appelé Saint-Esprit.

Faucon émerillon

Petit faucon venu du nord, quelques individus sont observés certains hiver.

Faucon hobereau

C'est faucon hirondelle ! Même silhouette et redoutable chasseur de ces oiseaux toujours en vol.

Migrateur ici, il niche dans les arbres. Discret...

Faucon kobez

Chaque année au mois de mai, le chant des grillons semble les interpeller. En petits groupes composés de mâles et de femelles il chassent les insectes depuis un perchoir ou en vol stationnaire, à l'instar des crécerelles.

Faucon pèlerin

Le plus rapide de tous, les pèlerins nichent dans les parois jusqu'à plus de 2000 m d'altitude. On peut observer certains individus en ville, sur la Cathédrale de Gap par exemple !

Gypaète barbu

De retour dans le Haut-Dauphiné en 1988 avec "Nina", individu relâché en Autriche 2 ans plus tôt, il est désormais régulièrement observé et un trio niche même en Oisans depuis 3 ans !

Milan noir

Ce nicheur estival ne revient ici qu'en mars pour repartir fin juillet. Un séjour très court qui ne lui laisse le temps que de nidifier... C'est près de l'eau (lacs, rivières..) qu'il faut le rechercher et bien sur autour des déchèteries où il se nourrit. C'est aussi derrière un tracteur labourant un champ qu'il vient grappiller ce que le soc révèle...

Milan royal

Oiseau aux belles couleurs, le milan royal semble revenir de plus en plus régulièrement. Les premières reproductions ont été observées récemment.

Pygargue à queue blanche

De passage exceptionnel dans le sud de la France, il a été observé à de rares occasions dans les Alpes.

Vautour fauve

Charognard à l'injuste mauvaise réputation, le vautour fauve appartient désormais à l'avifaune des Alpes dont il avait disparu pendant un siècle. Pour le Haut-Dauphiné, c'est en été, avec la montée des troupeaux en montagne qu'il vient en nombre faire son oeuvre de nettoyage, gracieusement !

Vautour moine

C'est le plus grand de tous ! Ce vautour noir aux larges ailes doit son nom au plumage de la tête qui rappelle la tonsure des moines !

Les grands rapaces alpins

  • Notre page facebook

©2020 par Envergures Alpines.